Violence : Des anciens rebelles menaces en Colombie

Le conseiller présidentiel pour la Stabilisation et la Consolidation, Emilio Archila, a annoncé que 74 ex-guérilleros et 19 de leurs proches, qui vivent dans la municipalité d’Ituango, seront transférés à Mutata, autre localité du département d’Antioquia, du fait de problèmes de sécurité. Ces anciens combattants de la guérilla qui a signé la paix en 2016 quitteront l’Espace de réincorporation territorial (ETCR) Santa Lucia le 15 juillet « suite à l’assassinat de 11 réincorporés d’Ituango et de deux de leurs proches, dont un mineur, et des menaces constantes », a pour sa part indiqué la Force alternative révolutionnaire commune (Farc), fondé par l’ancienne rébellion marxiste. La région de l’Antioquia est un corridor de transit de la cocaïne, où confluent des gangs armés d’origine paramilitaire et des dissidents de l’ancienne guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) qui ont rejeté l’accord de paix. Selon les autorités ces groupes sont responsables des attaques contre les ex-guérilleros qui ont déposé les armes. La Farc a dénoncé l’assassinat de 214 de ses membres depuis la signature de la paix avec le gouvernement de l’ex-président et prix Nobel de la Paix, Juan Manuel Santos (2010-2018), pacte qui a permis la démobilisation de 13.000 rebelles.

Quelque 80 ex-guérilleros des Farc et leurs proches seront évacués de leur zone de réintégration à la vie civile, en raison de menaces et d’homicides d’anciens rebelles dans ce secteur du nord-ouest de la Colombie, a annoncé vendredi le gouvernement.

Le conseiller présidentiel pour la Stabilisation et la Consolidation, Emilio Archila, a annoncé que 74 ex-guérilleros et 19 de leurs proches, qui vivent dans la municipalité d’Ituango, seront transférés à Mutata, autre localité du département d’Antioquia, du fait de problèmes de sécurité.

Ces anciens combattants de la guérilla qui a signé la paix en 2016 quitteront l’Espace de réincorporation territorial (ETCR) Santa Lucia le 15 juillet « suite à l’assassinat de 11 réincorporés d’Ituango et de deux de leurs proches, dont un mineur, et des menaces constantes », a pour sa part indiqué la Force alternative révolutionnaire commune (Farc), fondé par l’ancienne rébellion marxiste.

La maire de Mutata, Maria Exilda Palacios, a déclaré que sa municipalité « a aussi été affectée par la violence », mais que maintenant « c’est un territoire qui croit à la réconciliation » et au « retour des ex-combattants à la légalité. »

Selon l’Agence pour la réincorporation et la normalisation (ARN), entité étatique, les ex-guérilleros seront réinstallés sur deux terrains loués, d’une superficie total d’environ 137 hectares, à 352 km de l’ETCR Santa Lucia.

« Le transfert sera réalisé en respectant tous les protocoles de sécurité et de santé pour éviter de possibles contagions de Covid-19 », a déclaré  Andrés Stapper, directeur de l’ARN lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Archila. 

Cette région de l’Antioquia est un corridor de transit de la cocaïne, où confluent des gangs armés d’origine paramilitaire et des dissidents de l’ancienne guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) qui ont rejeté l’accord de paix.

Selon les autorités ces groupes sont responsables des attaques contre les ex-guérilleros qui ont déposé les armes.

La Farc a dénoncé l’assassinat de 214 de ses membres depuis la signature de la paix avec le gouvernement de l’ex-président et prix Nobel de la Paix, Juan Manuel Santos (2010-2018), pacte qui a permis la démobilisation de 13.000 rebelles (combattants, prisonniers et militants).Selon le gouvernement, 2.946 ex-combattants des Farc vivent actuellement dans 24 espaces de réintégration à travers le pays. Les autres suivant le processus de retour à la vie civile de manière individuelle, tandis qu’une poignée de dissidents se dédient principalement au narco-trafic et à l’extraction minière illégale.

(avec Afp)

A lire aussi

« Panafrika, la bête noire » : Un film pour promouvoir l’histoire africaine

Le film « Panafrika, la bête noire » du réalisateur congolais Sergens Kabinga Bashonga a …

Laisser un commentaire