RDC : Est-ce la fin d’Ebola ?

Le ministre congolais de la Santé Eteni Longondo a officiellement proclamé jeudi la fin de l’épidémie d’Ebola dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), la deuxième la plus grave depuis la découverte du virus en 1976. Déclarée le 1er août 2018, cette dixième épidémie de fièvre hémorragique sur le sol congolais a tué 2.277 personnes, a déclaré le ministre de la Santé, qui a parlé de l’épidémie « la plus longue, la plus complexe, et la plus meurtrière » dans l’histoire du pays. Seule l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2013-2016 avait fait plus de victimes (plus de 11.000). « Cette dixième épidémie était très particulière », « dans un contexte très complexe », a souligné le ministre. Il a notamment évoqué « un activisme des groupes armés causant une insécurité chronique ».

Dans un communiqué, les Nations unies ont avancé le chiffre de « 11 morts parmi le personnel médical et les patients ».

Un médecin de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait été abattu à la fin d’une réunion en avril 2019 à Butembo, l’un des épicentres de l’épidémie.

L’OMS avait fait en juillet 2019 de cette épidémie une urgence sanitaire de portée internationale, par peur de sa propagation aux pays voisins (Rwanda et Ouganda, où quelques cas ont été enregistrés).

La vaccination a été massivement utilisée sur plus de 320.000 personnes lors de cette épidémie, qui a principalement touché la province du Nord-Kivu.

Une autre épidémie a été récemment déclarée à 1.000 km dans l’ouest du pays à Mbandaka, sans lien avec celle qui s’achève.

Au total 24 cas (21 confirmés et 3 probables) ont été enregistrés, avec 13 décès associés, d’après l’OMS.

HOMMAGE DU MINISTRE BRITANNIQUE POUR L’AFRIQUE

Le ministre britannique pour l’Afrique, James Duddridge, se réjouit de la fin déclarée de la 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola dans l’Est de la RDC et rend à cette occasion, un vibrant hommage aussi bien aux communautés locales qui ont été les plus affectées par cette épidémie, qu’au personnel de santé en 1ère ligne de la riposte face à la maladie à virus Ebola dans l’Est de la RDC. Il l’a déclaré hier jeudi 25 juin, à l’occasion de la déclaration de la fin de cette épidémie dans la partie orientale.

 » J’accueille avec immense joie la nouvelle de la fin de l’épidémie d’Ebola dans l’est de la RDC, la 2ème plus grande épidémie que le pays ait connue. Je voudrais remercier et féliciter par la même occasion, le Gouvernement de la RDC, l’OMS et tous nos partenaires qui ont contribué à ce résultat.

Je tiens en particulier à rendre hommage aux communautés qui ont été le plus affectées par cette épidémie ainsi qu’au personnel de santé en 1ère ligne de la riposte pour le courage qu’ils ont démontré en travaillant dans des régions affectées par les conflits », s’est félicité le diplomate britannique.

Néanmoins, James Duddrigen’entend pas dormir sur ses lauriers. Raison pour laquelle il travaille avec les différents partenaires pour répondre à la menace de nouvelles épidémies causées par des maladies infectieuses.

On rappelle ici que la contribution de la Grande-Bretagne, en incluant le dernier soutien à l’Unicef et à l’OMS, s’élève à 85 millions de livre sterling pour les activités de la riposte en RDC. La 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola a été déclarée le 1er août 2018 dans l’Est de la RDC et causé la mort d’environ 2.277 personnes selon des statistyiques officielles notamment au Nord-Kivu et en Ituri. 

DÉCLARATION DU MINISTRE BRITANNIQUE POUR L’AFRIQUE JAMES DUDDRIDGE, À L’OCCASION DE LA FIN DE L’ÉPIDÉMIE D’EBOLA DANS L’EST DE LA RDC

 » J’accueille avec une immense joie la nouvelle de la fin de l’épidémie d’Ebola dans l’Est de la République Démocratique du Congo, la deuxième plus grande épidémie que le monde ait connue.

Je voudrais remercier et féliciter par la même occasion le gouvernement de la République Démocratique du Congo, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et tous nos partenaires qui ont contribué à cette réalisation. Je tiens en particulier, à rendre hommage aux communautés qui ont été les plus affectées par cette épidémie ainsi que le personnel de santé en première ligne de la riposte pour le courage qu’ils ont démontré en travaillant dans des régions affectées par les conflits.

Je suis fier que l’aide du contribuable britannique ainsi que la contribution de nos experts médicaux ont contribué a sauvé de nombreuses vies de cette horrible maladie. Cependant, le combat est loin d’être terminé et nous continuerons à travailler avec nos partenaires pour répondre à la menace de nouvelles épidémies causées par des maladies infectieuses. « 

Information sur la contribution britannique à la riposte Ebola

Le Royaume-Uni a été l’un des principaux supporters de la riposte Ebola en République démocratique du Congo (RDC). En incluant le dernier soutien à l’UNICEF et à l’OMS, le total de l’aide britannique s’élève à 85 millions de livres sterling pour les activités de la riposte en RDC, et 24 millions de livres sterling pour la préparation régionale dans les pays voisins, en particulier l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Sud-Soudan. L’aide britannique a également contribué à financer le développement du vaccin Merck. Plus de 300 000 personnes ont maintenant été vaccinées dans le cadre de cette intervention en RDC. Les données suggèrent que le vaccin Merck a été efficace à plus de 97% et qu’il a très probablement joué un rôle majeur dans le contrôle de l’épidémie. Fin

(Contact : Marinette Kegbia, Chargée de Communication Coopération britannique (UKaid), m-kegbia@dfid.gov.uk)

A lire aussi

Avec une classe politique cynique : Tout bouge, mais rien ne change en RDC

Les juristes congolais de la diaspora, regroupés au sein de l’Association dénommée « Juris congolais …

Laisser un commentaire