RDC : Descente aux enfers du FPI

Patrice Kitebi est victime d’une campagne de sape à travers les réseaux sociaux. Des langues mal intentionnées s’acharnent sur sa gestion. Les cybercriminels vont même plus loin en publiant un tract ressemblant à un mandat de comparution envoyé par le Parquet Général près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe, invitant le directeur général du FPI à venir éclairer la justice sur certains faits infractionnels. Selon des sources proches du FPI, ces personnes aux manœuvres dilatoires seraient celles-là même qui ont participé activement à la descente aux enfers du FPI. Curieusement aujourd’hui, ce sont les mêmes qui s’agitent et s’érigent en donneurs des leçons. Ils multiplient des stratégies en versant infatigablement dans des cabales sans fondement. Et dans ce coup, certains débiteurs du FPI seraient également à la manœuvre. « Des politiques et des agents dont les grades obtenus irrégulièrement avaient été rabattus ou licenciés pour faux diplômes ou pour raisons d’insubordination », révèle-t-on.

C’est évident, les prouesses indéniables réalisées par Patrice Kitebi depuis son avènement à la tête du Fonds de promotion de l’industrie suscitent la haine.

Depuis quelques jours, Patrice Kitebi  est victime d’une campagne de sape à travers les réseaux sociaux. Des langues mal intentionnées s’acharnent sur sa gestion. Les cybercriminels vont même plus loin en publiant un tract ressemblant à un mandat de comparution envoyé par le Parquet Général près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe, invitant le directeur général du FPI à venir éclairer la justice sur certains faits infractionnels.

Selon des sources proches du FPI, ces personnes aux manœuvres dilatoires seraient celles-là même qui ont participé activement à la descente aux enfers du FPI. Curieusement aujourd’hui, ce sont les mêmes qui s’agitent et s’érigent en donneurs des leçons. Ils multiplient des stratégies en versant infatigablement dans des cabales sans fondement. Et dans ce coup, certains débiteurs du FPI seraient également à la manœuvre. « Des politiques et des agents dont les grades obtenus irrégulièrement avaient été rabattus ou licenciés pour faux diplômes ou pour raisons d’insubordination », révèle-t-on.

La peur est réelle, note-t-on, parce qu’elle est liée à l’action prochaine que devrait entreprendre la justice qui renait de ses cendres. Cette dernière est appelée à éclairer sur des accusations de paiement des rétro-commissions de plus de 30 à 50% des fonds débloqués par le FPI en faveur du financement des projets entre 2008 et 2016. Car, pour les promoteurs des projets, cette pratique n’est autre que de l’extorsion.

Selon des révélations, l’ancien leadership du FPI s’évertuait à protéger le recouvrement des créances auprès des promoteurs du fait de les avoir « extorqués systématiquement ». La preuve c’est aussi que la plupart de ces promoteurs n’ont pas réalisé leurs projets et ne savent, à ce jour, comment rembourser l’État Congolais.Contre vents et marrées, Patrice Kitebi et son équipe sont aujourd’hui auteurs de plusieurs réformes au sein du FPI. Ils ont pu réaliser des records sans précédents en termes de résultats. C’est notamment l’augmentation sensible et vérifiable des ressources.

A lire aussi

« Panafrika, la bête noire » : Un film pour promouvoir l’histoire africaine

Le film « Panafrika, la bête noire » du réalisateur congolais Sergens Kabinga Bashonga a …

Laisser un commentaire