La RDC dans la tourmente

Pendant que la crise sanitaire de la Covid-19 ronge de plein fouet l’économie mondiale, l’Union européenne (UE) a choisi de refaire son entrée en Afrique par la République démocratique du Congo (RDC). Un pont aérien humanitaire vient d’être jeté pour matérialiser l’appui de l’UE à la riposte à la Covid-19 et Ebola. La délégation conduite par le commissaire européen chargé de la Gestion des crises, Janez Lenaric, a été reçue, lundi, par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dit Fatshi, à la Cité de l’Union africaine. Avec le chef de l’État congolais, la délégation de l’UE s’est également penchée sur le cadre macroéconomique, les défis socio-économiques ainsi que les relations entre l’Union européenne et la RDC. En ce moment où le gouvernement peine à relever de multiples défis qui se présentent à lui, la présence de l’UE est un appui substantiel apporté à Félix Tshisekedi. Comme qui dirait : « Pas de panique, nous sommes à vos côtés ». Il semblerait qu’il y ait urgence à aider le pays à éviter le pire. En tout cas, personne n’y croit. La vérité est que l’Europe qui affronte la grave crise économique de son histoire est à la recherche de richesses ailleurs, notamment en RDC, pays aux énormes potentialités naturelles. Selon les observateurs, avec cet cargo humanitaire, l’UE est venue piller les ressources naturelles de la RDC.

L’Union européenne a choisi La République démocratique du Congo pour redéposer ses valises en Afrique, après un temps de répit dû au confinement imposé par la Covid-19. En plus d’un avion atterri le lundi 8 juin à Kinshasa, la RDC va encore bénéficier de la cargaison de deux autres vols du pont aérien humanitaire de l’Union européenne comprenant des purificateurs d’eau, un soutien nutritionnel et des fournitures médicales générales, ainsi que d’autres fournitures telles que du matériel de laboratoire, des masques, des gants et des équipements de protection individuelle, qui sont également destinées à soutenir la réaction face au nouveau coronavirus en RDC.

Lors des échanges qui ont duré une heure, le chef de l’État et ses hôtes – le commissaire européen chargé de la Gestion des crises, Janez Lenaric ; le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian ; ainsi que son collègue belge, Philippe Goffin – se sont penchés sur « la riposte à la Covid-19 et Ebola, le cadre macroéconomique, les défis socio-économiques ainsi que les relations entre l’Union européenne et la RDC.

Mais au-delà d’une simple visite, c’est tout un symbole. L’UE sait pertinemment bien que Félix Tshisekedi fait face aux difficultés d’ordre économique et social, mais également celles causées par son partenaire politique, l’ancien président Joseph Kabila.

À ce titre, la présence de l’UE à Kinshasa est un appui certain apporté à Fatshi. Et, ce n’est pas par hasard que l’UE arrive avant le verdict d’un important procès (celui de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l’État), visant la fin de l’impunité au pays et c’est sans compter avec la situation sécuritaire confuse qui prévaut dans l’Est du pays, etc.

Pour tout dire, c’est donc un appui politique de taille qui est en même temps une mise en garde contre les partenaires politiques de Tshisekedi qui excellent par des coups bas déstabilisateurs et l’absence criante d’une franchise au sein de la coalition FCC-CACH.

On le voit. En plus de l’appui des USA, l’UE n’est pas simplement venue en promenade de santé pour escorter les cargos de médicaments, etc., en réalité, l’UE est en attente de la conclusion positive des signaux forts de la lutte contre la corruption. Et, sentant que Félix Tshisekedi est fragilisé, elle lui apporte son appui pour rester dans la logique du combat de l’alternance démocratique qu’elle a soutenue en RDC. C’est donc une présence pour lui demander de tenir bon (…), car il n’est pas seul ni abandonné.

Covid-19, Félix Tshisekedi salue l’aide de l’UE

Dans le cadre du pont aérien humanitaire de l’Union européenne (UE), trois vols à destination de la République démocratique du Congo sont programmés pour y transporter des travailleurs humanitaires et des fournitures essentielles afin d’aider le pays à lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus. Un premier avion a atterri le lundi 8 juin à l’aéroport international de N’Djili, avec à son bord le commissaire européen chargé de la gestion des crises, Janez Lenarcic, le ministre belge des Affaires étrangères, Philippe Goffin, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

«(…) La cargaison des trois vols du pont aérien humanitaire de l’UE vers la RDC comprend des purificateurs d’eau, un soutien nutritionnel et des fournitures médicales générales; d’autres fournitures telles que du matériel de laboratoire, des masques, des gants et des équipements de protection individuelle, qui sont également destinées à soutenir la réaction face au coronavirus en RDC, en complément des efforts déployés par le ministère congolais de la Santé publique et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et conformément au plan de riposte du pays à la Covid-19. Avec ces trois vols, nous livrerons au total 40 tonnes de fret humanitaire. Il est dans notre intérêt commun d’œuvrer dans un esprit de solidarité », a déclaré le commissaire européen, au cours d’une conférence de presse organisée à Pullman Grand Hôtel, à Gombe. Ce, après avoir rencontré tour à tour le président de la République, le Premier ministre, le secrétaire technique du comité de riposte contre la Covid-19, les représentants des organisations humanitaires et des organisations de la Société civile.

Effort conjoint UE-Belgique-France

Le commissaire Janez Lenarcic a précisé que ces vols sont entièrement financés par l’UE et sont le produit d’un effort conjoint déployé par la communauté européenne, la Belgique, la France et des Organisations d’aide humanitaire en coopération avec les autorités de la RDC. Il a ajouté qu’en 2020, le financement humanitaire de l’UE en faveur des personnes les plus vulnérables en RDC s’élevait à un montant global de 40,83 millions d’euros.

Covid-19, Ebola et défis socio-économiques au menu des échanges

À l’en croire, les opérations menées au titre du pont aérien humanitaire de l’UE font partie de la réaction globale de l’UE face à la pandémie du nouveau coronavirus, et s’inscrivent dans le cadre de l’approche de l’équipe d’Europe. Les besoins humanitaires en RDC sont parmi les plus élevés au monde. Alors qu’il doit lutter contre la pandémie de coronavirus, le pays est encore aux prises avec le virus Ebola, avec un foyer de rougeole et du choléra. Le financement humanitaire de l’UE pour 2020 en RDC comprend une aide humanitaire de l’UE récemment annoncée en réaction à la pandémie de coronavirus : 4,5 millions d’euros sont alloués à des mesures de prévention et de contrôle du coronavirus, ainsi qu’à l’accès à des soins de santé de qualité́, à l’eau, à des systèmes d’assainissement et à des services d’hygiène. Un montant supplémentaire de 2,78 millions d’euros a été́ octroyé́ à l’OMS afin de soutenir tant la détection précoce de la maladie et la réaction face à celle-ci que l’expertise sur le terrain.

Par ailleurs, le chef de l’État a salué l’aide apportée par l’Union européenne visant à lutter contre le nouveau coronavirus en RDC. 

Accompagnant ces dons, le commissaire européen chargé de la gestion des crises Janez Lenaric, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ainsi que son collègue belge Philippe Goffin ont été reçus par le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à la Cité de l’Union européenne. Lors de ces échanges qui ont duré une heure, le président de la République et ses hôtes se sont penchés sur « la riposte à la Covid-19 et Ebola, le cadre macroéconomique, les défis socio-économiques ainsi que les relations entre Union européenne et RDC ». Janez Lenarcic en parle comme « des entretiens très approfondis ».

A lire aussi

RDC : Bref aperçu historique du franc congolais

Le Franc congolais a été marqué, au cours de ces 22 dernières années, par une …

Laisser un commentaire