Covid-19 : La RDC se prépare au déconfinement

« Le président de la République a reconnu la nécessité de rouvrir les bars, restaurants et autres espaces dans le souci d’atténuer l’impact de la Covid-19 ». C’est l’un des quatre points de communication du président de la République aux membres du gouvernement à l’occasion de la 33ème réunion du Conseil des ministres tenue le vendredi 29 mai 2020 par vidéoconférence. Dans la même foulée, le président de la République Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi dit Fatshi « a préconisé que cette question soit étudiée par le gouvernement pour concilier les exigences de la lutte contre la propagation de la pandémie à coronavirus et la reprise progressive des activités économiques » , peut-on lire dans le même compte rendu du Conseil des ministres. Dans le même ordre d’idées, des voix s’élèvent pour réclamer aussi la réouverture des lieux de culte fermes aussi à la suite de la mesure de l’État d’urgence sanitaire décrété par le chef de l’État pour cause de Covid-19. On rappelle que c’est depuis le 18 mars dernier que le chef de l’État a décrété l’état d’urgence sur toute la RDC, avec entre autres mesures, l’interdiction, jusqu’à nouvel ordre, de l’ouverture des discothèques, bars, cafés, terrasses et restaurants ainsi que des lieux de culte, écoles, universités et instituts supérieurs à travers le territoire national.

ÉDUCATION 

La question de la reprise des cours est de plus évoquée ces jours-ci. Elle a encore figuré au cœur de la 33ème réunion du conseil des ministres du vendredi 29 mai 2020. Au cours de ce Conseil des ministres, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, a annoncé qu’il présidera « très prochainement une réunion avec les ministres sectoriels, les experts et les acteurs impliqués à cette fin ». 

A cette occasion seront examinés tous les concours de la question qui en manque de susciter interrogations quant à la nécessite de rouvrir l’école en cette période particulière de flambée de la pandémie dans l’a ville de Kinshasa et sept provinces touchées du pays.  Pour beaucoup, l’école risque d’être un foyer de contamination à grande échelle tant on n’est pas sûr de garantir la sécurité et la mise en application des mesures barrières telles qu’édictées par les autorités publiques et sanitaires.

On rappelle, entretemps, Gentiny Ngobila Mbaka, gouverneur de la ville de Kinshasa avait annoncé que la reprise de cours doit se faire accompagner d’un certain nombre de précautions visant a garantir la mise en application efficiente des gestes barrières pour lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus.

« Pour le moment, nous travaillons pour prendre une décision formelle. Nous étudions la reprise des cours pour les classes terminales pour les écoles primaires et humanités, donc les élèves 6èmes primaires et 6èmes des humanités afin de leur permettre de passer leurs épreuves. Mais si nous prenons ces mesures-là, les écoles doivent être préparées pour respecter les gestes barrières comme nettoyer les mains, les élèves doivent porter leurs masques avant d’aller à l’école et puis ils doivent respecter la distanciation sociale. C’est pourquoi, si nous prenons ces mesures, là les écoles doivent être organisées. Les enfants ne doivent plus remplir les salles de classes. La distanciation sociale doit être respectée », avait-il annoncé en substance au cours d’un entretien avec le reporter de la radio Top Congo FM.

LA POPULATION JUGE DE « TÂTONNEMENT » LE SYSTÈME DE RIPOSTE MIS EN PLACE AU NORD-KIVU

Les Gomatraciens montent au créneau face à la montée vertigineuse des cas testés positifs à la Covid-19 en province du Nord-Kivu. Ils fustigent le système de riposte mis en place par le gouverneur de province depuis la survenue de la pandémie en province du Nord-Kivu. Pour eux, plusieurs failles sont à la base de la contamination et la propagation de cette pandémie parmi la population avec beaucoup de contacts à haut risque enregistrés à ce jour.

« Tout ceci, c’est le résultat de la levée rapide des mesures barrières par l’autorité provinciale lorsqu’on avait enregistré les 5 premiers cas guéris dont 3 à Goma et 2 à Beni. Le fait de laisser entrer des personnes dans la ville de Goma nous a fait revenir à la case départ. C’est du  tâtonnement dans la gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19 au Nord-Kivu », note Jean-Robert Kambere, un habitant de Goma.

Abordant le sujet sous le même angle, Christine Shiri, une Gomatracienne du Quartier Virunga, estime que cette question dépasse les politiques qui prennent des décisions à la va vite et populiste.

« De 7 à 15 cas et de 15 cas à 35 cas positifs en l’espace de 3 jours, avec une centaine d’échantillons dont on attend les résultats de l’Institut national de la recherche biomédicale à Kinshasa, la situation semble s’alarmer au Nord-Kivu et surtout à Goma. La question n’a pas été prise au sérieux dès le départ, malheureusement », souligne-t-elle.

Éric Kashangabuye, un étudiant de la ville de Goma, estime, pour sa part, que le couvre-feu instauré actuellement à travers l’arrêté du gouverneur ne va rien changer.

« Le Coronavirus ne se propage pas que la nuit. Ce couvre-feu est inutile et d’ailleurs c’est devenu un moment de rançonnement de la population par les policiers. Le mieux à faire, c’est de renforcer les mesures barrières la journée et que l’État distribue aussi des cache-nez comme le font certaines associations et Ong. Aucun apport de l’État à la protection de la population du Nord-Kivu face à cette situation aujourd’hui. C’est pitoyable. », renchérit-il.

Par ailleurs, Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur de la province du Nord-Kivu, a déclaré le mercredi 27 mai 2020 que sur ces 20 nouveaux cas testés positifs au Nord-Kivu, 16 sont enregistrés à Goma, 1 dans le territoire de Rutshuru et 3 à Beni.

« Ces trois cas de Beni sont des conducteurs de camions en liaison du Nord-Kivu avec l’Ouganda et le Kenya. Plus 400 contacts sont suivis à ce jour », a-t-il fait savoir.

LE NORD-KIVU ENREGISTRE 2 DÉCÈS

Le ministre provincial en charge de la Santé du Nord-Kivu, Dr. Moïse KakuleKanyere, a annoncé que cette province vient d’enregistrer 2 décès, 7 guéris et 8 nouveaux cas testés positifs à la Covid-19. Il a livré cette information au cours d’un point de presse qu’il animé vendredi 29 mai 2020 à Goma. 

Selon le Docteur Moïse Kakule, ces 8 nouveaux testés positifs à la Covid-19 au Nord-Kivu par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) de Kinshasa, sont tous notifiés à Goma et sont des contaminations locales.

« 4 de ces 8 nouveaux cas sont enregistrés dans la zone de santé de Karisimbi, 3 dans la zone de santé de Goma et 1 cas est enregistré dans la zone de santé de Nyiragongo », précise-t-il.

À en croire le ministre provincial de la Santé, la province du Nord-Kivu a déjà enregistré 2 décès communautaires liés à la Covid-19 sur le cumul de 43 cas notifiés à ce stade.

« Il y a une nouvelle guérison, ce qui remonte  le nombre de guéris à 7 aujourd’hui », indique-t-il.

Avec ce cumul de 43 cas, le Nord-Kivu est la 3ème province la plus touchée après la ville province de Kinshasa et celle du Kongo Central.

« Les personnes de troisième âge et celles porteuses des maladies chroniques sont les plus exposées à cette pandémie d’où leur confinement est conseillé dans la province », recommande le Docteur Moïse KakuleKanyere.

COVID-19 AU SUD-KIVU

Le gouverneur du Sud-Kivu Theo Ngwabidje annonce des poursuites judiciaires contre toute personne qui bafoue dans cette province les mesures préventives édictées par les autorités sanitaires dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.  Il instaure, par la même occasion, « l’isolement total de la ville de Bukavu et le couvre-feu à partir de 20 heure sur toute la ville à dater de jeudi 28 mai 2020 ».

L’autorité provinciale apporte, par ailleurs, d’éclairage sur des rumeurs qui circulaient en rapport avec le nombre de nouvelles contaminations et des décès de coronavirus à Bukavu.

Il indique qu’au total 3 décès sont signalés, mercredi 27 mai 2020, 12 nouvelles contaminations au Sud-Kivu.

Le Sud-Kivu compte au total 16 cas positifs à la Covid-19, dont 3 décès, 3cas guéris et 10 cas internés au centre hospitalier de Bwindi pour des soins appropriés.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Procès : Les immunités de Thambwe et Kalev rejetées par la Cour suprême des USA

L’actuel président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba pourrait être poursuivi par la justice américaine pour …

Laisser un commentaire