RDC : Numérisation des agents et fonctionnaires de l’État

La ministre Yollande Ebongo Bosongo veut aller jusqu’au bout de sa vision à la tête du ministère de la Fonction publique. Conformément à la vision du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dit Fatshi, Mme Ebongo entend gagner le pari de la numérisation des agents et fonctionnaires de l’État qu’elle s’est assignée dans le cadre de la réforme de l’Administration de la Fonction publique. A cet effet, la patronne de la Fonction publique s’est réjouie de l’avancement des travaux de nettoyage et de fiabilisation du fichier du personnel de l’Administration publique impulsés par elle-même et dont le niveau de réalisation des travaux augure des lendemains meilleurs pour la République démocratique du Congo (RDC).

La maitrise des effectifs des agents et fonctionnaires de l’Etat dans le cadre de la réforme de l’Administration publique impulsée par la ministre de la Fonction publique, YollandeEbongoBosong, produit des effets escomptés. Cette dernière s’en est rendue compte à l’issue d’une visite de supervision des travaux de fiabilisation des effectifs du personnel de l’Etat organisée, le mercredi 20 mai à Kinshasa.

La ministre Yollande Ebongo Bosongo veut aller jusqu’au bout de sa vision à la tête du ministère de la Fonction publique. Conformément à la vision du président de la République Félix-Antoine TshisekediTshilombo, Mme Ebongo entend gagner le pari de la numérisation des agents et fonctionnaires de l’Etat qu’elle s’est assignée dans le cadre de la réforme de l’Administration de la Fonction publique.

A cet effet, la patronne de la Fonction publique s’est réjouie de l’avancement des travaux de nettoyage et de fiabilisation du fichier du personnel de l’Administration publique impulsés par elle-même et dont le niveau de réalisation des travaux augure des lendemains meilleurs pour la RDC.

« Le travail évolue bien. Ça fait un long moment que nous sommes en train de superviser ce nettoyage ainsi que la fiabilisation du fichier de référence des agents de l’Etat qui doit, désormais, provenir de la Fonction publique pour engager le processus de la rémunération des agents de l’Etat. Le travail avance très bien malgré le volume du travail, car il s’agit de l’Administration de toute la République démocratique du Congo. Ce grand travail affiche une tendance vers la réduction des effectifs, car nous avons déjà détecté des cas de doublons, des fictifs … une fois ce travail abouti, nous allons nous acheminer surement vers la réduction de près de 30 ou 40 % de la globalité des dépenses de rémunération », a indiqué la ministre Ebongo.

C’était à l’issue de la visite de supervision ces travaux, effectuée le mercredi 20 mai à Kinshasa.

Pour Mme Ebongo, la maitrise des effectifs des agents et fonctionnaires de l’Etat qui par ricochet permettra la maitrise de la masse salariale, est un challenge du gouvernement Ilunga Ilunkamba.

« Nous allons aboutir à la numérisation de l’Administration publique dans le cadre de la réforme de l’Administration. Nous avons commencé une vision, nous allons l’implémenter », a-t-elle déclaré.

Ce, avant de dénoncer une certaine léthargie des services dans la transmission de leurs listes.

« A ce jour quelques administrations ne se sont pas activées pour transmettre leurs listes déclaratives actualisées. C’est le cas de la DGI ainsi que celui des services de la Défense, de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, de Secopé. Ceux qui sont dans le régime spécifique semblent trainer des pas. Mais il faut savoir que la gestion des personnels de l’Etat revient à la Fonction publique. La Commission va poursuivre le travail, les retardataires doivent s’empresser de faire parvenir les listes pour régularisation. Après ce timing de traitement, les données qui viendront après ne seront pas pris en charge pour le payement », a souligné la ministre de la Fonction publique.

(avec lePotentiel, Joyce Kalala)

A lire aussi

Covid-19 : Une forte expansion au Brésil

L’Amérique latine est devenue le principal terrain de progression de la maladie, et le Brésil …

Laisser un commentaire