Celestin TUNDA YA KASENDA, ministère de la Justice de la République démocratique du Congo (RDC).
Celestin TUNDA YA KASENDA, ministère de la Justice de la République démocratique du Congo (RDC).

Célestin Tunda : Un gros pourvoyeur du Trésor public congolais ?

Le ministère de la Justice de la République démocratique du Congo (RDC) est en passe de devenir un gros pourvoyeur du Trésor public. Rien qu’avec la vague d’interpellations des mandataires publics et des chefs d’entreprise, l’Etat congolais a récupéré 37, 5 millions de dollars, remboursés dans les caisses du Trésor à travers l’action de la Justice. C’est ce qu’a révélé le Vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux, Célestin Tunda Ya Kasende. Pour maintenir voire renforcer cet élan, plusieurs projets sont en gestation au niveau du ministère de la Justice. A savoir, la création de la brigade anti-fraude mais également la mise en place d’un parquet financier sur un modèle congolais dont le texte constitutif sera bientôt envoyé pour étude au Conseil des ministres. Il y a également le numéro vert qui devra être bientôt opérationnel, une école de formation des magistrats et un autre projet contre la cybercriminalité.

Une révolution est en marche. Non seulement Makala reçoit du monde, mais du beau monde. Le ministère de la Justice est en passe de devenir un gros pourvoyeur du Trésor public. Rien qu’avec la vague d’interpellations des mandataires publics et des chefs d’entreprise, l’Etat congolais a récupéré 37, 5 millions de dollars, remboursés dans les caisses du Trésor à travers l’action de la Justice. C’est ce qu’a révélé le Vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux, Célestin Tunda Ya Kasende, invité du Magazine Top presse sur la radio Top Congo.

La lutte contre la corruption est l’un des grands chantiers du VPM de la Justice qui, depuis son arrivée dans le Cabinet Ilunga Ilunkamba, ne ménage aucun effort pour faire repartir l’Etat sur des bases solides.

Pour maintenir voire renforcer cet élan, plusieurs projets sont en gestation au niveau du ministère de la Justice. A savoir, la création de la brigade anti-fraude mais également la mise en place d’un parquet financier sur un modèle congolais dont le texte constitutif sera bientôt envoyé pour étude au Conseil des ministres. Il y a également le numéro vert qui devra être bientôt opérationnel, une école de formation des magistrats et un autre projet contre la cybercriminalité.

Répondant aux questions des journalistes, le patron de la justice congolais a affirmé qu’il ne sortira jamais du cadre légal dans l’exercice de ses fonctions.

Le VPM a indiqué qu’il n’a jamais donné des injonctions négatives aux magistrats pour que l’on ne puisse pas arrêter telle ou telle autre personne. Tout en plaidant pour la collaboration entre organes de l’État, le VPM Tunda a affirmé que ses correspondances aux magistrats des différents parquets ne sortent jamais du cadre des attributions lui dévolues par la loi.

Il a évoqué, pour étayer son argumentaire, l’ordonnance du 10 juillet 2017, telle que renouvelée et brandi les attributions du ministère de la Justice telles que reconnues par la loi.

« Pour le ministère de la Justice il est dit, en termes des attributions, le suivi de l’exécution de la politique judiciaire du Gouvernement par les Cours et les parquets y rattachés, le contrôle des activités judiciaires, ka surveillance générale sur le personnel judiciaire, le suivi des réformes institutionnelles… », a déclaré le VPM Tunda.

Il a insisté sur la nécessité pour les institutions de l’Etat de collaborer pour le bon fonctionnement de l’État. « C’est en collaborant, en coopérant que je vais m’imprégner des conditions dans lesquelles travaillent les magistrats. Donc je dois coopérer, collaborer avec le pouvoir judiciaire, sans m’immiscer dans leurs responsabilités lors qu’ils doivent dire le droit », a déclaré le VPM Tunda.

Il a félicité les magistrats congolais pour le travail remarquable qu’ils accomplissent. « Il ne faut pas faire le faux procès contre notre Justice. Nos magistrats font du bon travail. Si on veut consolider l’État de droit, c’est à travers la Justice», a-t-il indiqué. Parlant des magistrats, le VPM Tunda a affirmé que l’amélioration de leurs conditions de travail constitue sa première préoccupation. »Les conditions de travail et de vie des magistrats est ma première préoccupation. Je ne peux exercer mon travail sans des magistrats qui sont dans de bonnes conditions pour de rendre une bonne justice», a-t-il indiqué.

Il a réaffirmé sa détermination à accompagner la Justice congolaise à jouer son double, rôle celui de renforcer la mobilisation des recettes et de consolidation un véritable Etat de droit en RDC.

Pour renforcer davantage la justice congolaise, le VPM Tunda a annoncé la mise en activité dans les prochains jours, d’un l’Institut national pour la formation des magistrats. Il affirme entendre que cette école soit une référence pour toute l’Afrique centrale.

« Nous ne voulons plus faire le recrutement comme avant. Nous voulons que les jeunes universitaires qui sortent des facultés de Droit des universités de notre pays passent par cette école et qu’ils soient formés comme leurs collègues qui sont formés en Europe et au sortir de là pour être dispatchés dans différentes juridictions », a-t-il affirmé.

Le VPM Tunda a, par ailleurs, promis de solliciter des instances supérieures qu’une prime supplémentaire soit payée aux magistrats qui font bien leur travail. C’est une façon, a-t-il indiqué, d’encourager le bon fonctionnement de la Justice en RDC.

Le VPM Tunda a, sur un autre chapitre, affirmé que le processus de désengorgement qui va, dès la semaine prochaine, être lancé à travers tout le pays, se poursuivra selon les critères. Il va surtout concerner les gens qui sont restés longtemps en détention préventive sans jugement. Ceux qui ont commis des crimes de dance ne seront pas concernés par ce processus de libération, a-t-il précisé.

En apôtre d’humanisation des conditions carcérales, le VPM Tunda a affirmé l’importance de rendre les maisons carcérales de la RDC des endroits vivables, où il fait beau vivre.

« Je suis respectueux des droits Humains, des valeurs humaines. Les gens qui sont en détention, ils restent des humains. Nous devons rendre nos prisons humaines, vivables. C’est ce sur quoi je me bats tous les jours», a déclaré le VPM Tunda.

Parlant des cas de Covid-19 détectés à la prison de la Ndolo, le VPM a affirmé que tous les cas positifs détectés ont déjà été mis à l’écart. Il a indiqué qu’il travaille avec le ministre de la Défense pour voir dans quelle mesure désengorger cette maison carcérale.

Dans le registre corruption, le VPM a réitéré sa détermination à redynamiser la brigade anti-fraude et à mettre sur pied un parquet financier. «Les textes sont pratiquement terminés. On va les envoyer au Conseil de ministres, puis au Parlement. Il y aura le numéro vert pour dénoncer tous les actes de corruption. Pour le moment, il faut lutter même contre des infractions invisibles», a-t-il indiqué.

Avant de clore son propos, le VPM a annoncé, l’organisation dans les prochains jours, de ce qu’il a qualifié des assises nationales pour la perception de la Justice. Il s’agit, a-t-il indiqué, d’un processus qui consistera à donner la parole aux congolais qu’ils disent ce qu’ils pensent de la Justice de leur pays. 

(avec ForumDesAs, Orly-Darel NGIAMBUKULU)

A lire aussi

Code minier révisé : Deux mois pour convaincre tous les partenaires de la RDC

Deux mois pour vulgariser auprès de tous les partenaires ainsi que la population, le nouveau …

Laisser un commentaire