Daniel SHANGALUME NKINGI dit Massaro [au milieu], neuve de Vital KAMERHE LWA KANYIGINYI NKINGI, poursuivi pour corruption avérée en RDC.
Daniel SHANGALUME NKINGI dit Massaro [au milieu], neuve de Vital KAMERHE LWA KANYIGINYI NKINGI, poursuivi pour corruption avérée en RDC.

Procès : L’arrestation de Massaro risque d’être contreproductive dans la stratégie de défense de Kamerhe

Le procès Kamerhe et consorts, abordera sa deuxième audience le 25 mai 2020. Mais cette audience aurait un quatrième prévenu dans le box : Daniel Nkingi, alias Massaro, neveu de Vital Kamerhe, qui était convoqué par le parquet le 9 mai, au lendemain de l’arrestation de son oncle, directeur de cabinet du chef de l’État. C’était pour éclairer le juge d’instruction sur certains aspects de la gestion de ce dossier, notamment son rôle en tant que l’un des bénéficiaires des fonds alloués aux logements sociaux, le rapprochement entre Vital Kamerhe et Samih Jamal, etc. À la place de se présenter à l’office du juge, Daniel Massaro avait choisi de se soustraire de la justice jusqu’à la date du 15 mai 2020, où il a été appréhendé dans une ferme, au Plateau des Bateke, par les agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR/Bandundu). C’est ce lundi 18 mai que le fugitif sera remis au parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe.

C’est une pièce important du puzzle qui vient s’ajouter au nombre des accusés dans le box dans ce procès qui tente d’éclairer l’énigme du détournement des fonds destinés au programme de 100 jours du chef de l’Etat. L’arrestation de Daniel Massaro risque d’être contreproductive dans la stratégie de défense de Vital KAMERHE LWA KANYIGINYI NKINGI dans ce procès contre la République sur la gestion des fonds alloués au Programme d’urgence du chef de l’État. À moins que son neveu Massaro s’aligne sur la même stratégie visant à tout nier, quitte à sauver ce qui peut encore l’être.

Le procès Kamerhe et consorts, devant le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe dans le cadre des enquêtes sur la gestion des fonds alloués au Programme d’urgence du chef de l’État, abordera sa deuxième audience le 25 mai 2020. Mais cette audience aurait un quatrième prévenu dans le box : Daniel Nkingi, alias Massaro, neveu de Vital KAMERHE LWA KANYIGINYI NKINGI, qui était convoqué par le parquet le 9 mai, au lendemain de l’arrestation de son oncle, directeur de cabinet du chef de l’État. C’était pour éclairer le juge d’instruction sur certains aspects de la gestion de ce dossier, notamment son rôle en tant que l’un des bénéficiaires des fonds alloués aux logements sociaux, le rapprochement entre Vital Kamerhe et Samih Jamal, etc.

À la place de se présenter à l’office du juge, Daniel Massaro avait choisi de se soustraire de la justice jusqu’à la date du 15 mai 2020, où il a été appréhendé dans une ferme, au Plateau des Bateke, par les agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR/Bandundu). C’est ce lundi 18 mai que le fugitif sera remis au parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe.

On se rappelle qu’au cours de la première audience foraine tenue le lundi 11 mai 2020 à la Prison centrale de Makala, les prévenus Vital Kamerhe et Samih Jamal ont nié de ne s’être jamais rencontrés dans leur vie. C’est le sort qui les unit devant les juges. Et pourtant, Daniel Massaro est présenté comme la pièce maîtresse ayant favorisé le rapprochement entre Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République, l’un des superviseurs du Programme d’urgence du chef de l’État et Samih Jamal, opérateur économique libanais ayant gagné le marché de construction de 1500 logements sociaux au profit de la République.

La défense prépare sa contrattaque

Avec son arrestation, Daniel Nkingi, alias Massaro, aiderait-il à l’éclatement de la vérité tant recherchée par les juges dans la gestion des fonds alloués aux logements sociaux ? Permettrait-il d’établir le lien qui unit K amerhe à l’homme d’affaires libanais, Samih Jamal ou, au contraire, se mettrait-il à brouiller davantage les pistes pour tenter de sauver son oncle Kamerhe ?

En tout état de cause, la deuxième audience de ce procès devant le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe promet d’être fertile en rebondissements.

Entretemps, les avocats-conseils de Vital KAMERHE LWA KANYIGINYI NKINGI mettent à profit ce temps pour compulser les pièces versées au dossier d’accusation. À en croire l’un d’eux, dans la pile de documents réunie par l’accusation, ils n’ont pas trouvé grand-chose de compromettant qui mette en cause leur client. Ce sont pour la plupart des pièces du dossier qu’ils prendront à démonter l’une après l’autre le moment venu. La bataille juridique s’annonce donc âpre dans cette affaire.

En même temps, ils disent formuler une quatrième demande de mise en liberté provisoire pour leur client pour cause de menace de Covid-19 sur les prisons de la République, surtout que leur client est dans la tranche d’âge des personnes vulnérables à la pandémie de coronavirus.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Code minier révisé : Deux mois pour convaincre tous les partenaires de la RDC

Deux mois pour vulgariser auprès de tous les partenaires ainsi que la population, le nouveau …

Laisser un commentaire