Adrien-Simon Kalenga - porte-parole a.i et secrétaire national en charge de la communication de l’UDPS.
Adrien-Simon Kalenga - porte-parole a.i et secrétaire national en charge de la communication de l’UDPS.

RDC : Connaître l’UDPS et son fonctionnement

L’Udps, explique Adrien-Simon Kalenga, est structurée en trois organes centraux, à savoir : le Congrès, la Présidence du Parti et la Convention démocratique du parti (CDP). C’est ici qu’Adrien-Simon Kalenga réfute les propos faisant état de crise au sein de l’Udps à la suite du mandat spécial que Félix Tshisekedi, alors président national du parti, avait donné à Jean-Marc Kabund, une fois élu à la tête du pays. « Il n’y a pas de crise à l’Udps », déclare-t-il avant de marteler que le pouvoir à l’Udps est fédéral. Et qu' » aucun organe des trois précités est en difficulté avec les organes de base ». « Ceux qui évoquent la crise, du reste inexistante, sont des gens mal- intentionnés et sans aucune fonction au sein du parti. Ils cherchent à semer la confusion « . C’est le cas, de l’homme qui se présente comme étant le président de la CDP.  » C’est un mensonge. La CDP n’a pas encore tenu sa première session pour installer son bureau. C’est en attendant que sa composition soit complète avec toutes les catégories de membres qui la composent. C’est une session qui ne dure que 15 jours pour passer en revue la vie du parti et résoudre toutes les questions pendantes non prévues par les statuts et le Règlement intérieur du parti. », explique-t-il en référence aux articles 30, 31, 32 et 33 des statuts de l’Udps.

Le porte-parole a.i et secrétaire national en charge de la communication de l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), Adrien-Simon Kalenga a, au cours d’un point de presse vendredi 8 mai, fixé l’opinion sur ce qu’il considère comme « intox et imposture » de la part de certains cadres du parti qui sèment la confusion dans les esprits, voire dans la bonne marche de la formation chère à FATSHI.

A l’occasion de ce face à face avec les hommes des médias, Adrien-Simon Kalenga s’est employé à faire  » connaître l’Udps et son fonctionnement  » à ses interlocuteurs afin qu’ils ne se laissent pas abuser dans leur travail par ceux qui prennent des libertés avec les statuts du parti.

L’Udps, explique-t-il, est structurée en trois organes centraux, à savoir : le Congrès, la Présidence du Parti et la Convention démocratique du parti (CDP). C’est ici qu’Adrien-Simon Kalenga réfute les propos faisant état de crise au sein de l’Udps à la suite du mandat spécial que Félix Tshisekedi, alors président national du parti, avait donné à Jean-Marc Kabund, une fois élu à la tête du pays. « Il n’y a pas de crise à l’Udps », déclare-t-il avant de marteler que le pouvoir à l’Udps est fédéral. Et qu' » aucun organe des trois précités est en difficulté avec les organes de base ».

« Ceux qui évoquent la crise, du reste inexistante, sont des gens mal- intentionnés et sans aucune fonction au sein du parti. Ils cherchent à semer la confusion ». C’est le cas, de l’homme qui se présente comme étant le président de la CDP. « C’est un mensonge. La CDP n’a pas encore tenu sa première session pour installer son bureau. C’est en attendant que sa composition soit complète avec toutes les catégories de membres qui la composent. C’est une session qui ne dure que 15 jours pour passer en revue la vie du parti et résoudre toutes les questions pendantes non prévues par les statuts et le Règlement intérieur du parti », explique-t-il en référence aux articles 30, 31, 32 et 33 des statuts de l’Udps.

Quant à la polémique née autour du mandat spécial confié au président a.i. du parti, Jean-Marc Kabund, le porte-parole a.i de l’UDPS précise que cette option a été retenue pour résoudre un problème politique que les Statuts du parti n’avaient pas prévu . Car, souligne-t-il, les restrictions de l’article 26 des Statuts ne peuvent pas s’appliquer pour le cas du président Félix Tshisekedi qui se trouve, en principe, en mission, au nom du parti. Cette disposition statutaire évoque l’intérim du président. Et s’énonce comme ceci : « En cas de décès, de démission, d’empêchement définitif, d’expiration de mandat ou d’interdiction d’exercer du président du parti, un directoire composé du président en exercice de la Convention démocratique du parti (CDP), du secrétaire général du parti et du Président de la Commission électorale permanente du parti assume son intérim pour un délai ne dépassant pas 30 jours au cours duquel il est tenu de convoquer une session extraordinaire du Congrès en vue de l’élection du nouveau Président du parti. Les décisions pendant l’intérim doivent être prises par consensus ».

Ceci dit, « seule la CDP devra se prononcer sur cette jurisprudence », estime Adrien-Simon Kalenga, invoquant les dispositions de l’article 31 des statuts qui déclinent les attributions de la CDP. Et a, entre autres missions, de veiller au bon fonctionnement des organes du parti et se prononcer sur les matières non réglementées par les Statuts.

Adrien-Simon Kalenga exhorte les membres de l’UDPS à reconnaitre le leadership actuel du parti incarné par le tandem Kabund-Kabuya. Et tout irait mieux par la suite. 

(avec Didier KEBONGO)

A lire aussi

Avec une classe politique cynique : Tout bouge, mais rien ne change en RDC

Les juristes congolais de la diaspora, regroupés au sein de l’Association dénommée « Juris congolais …

Laisser un commentaire