Impoli de la République, Alexis THAMBWE-MWAMBA, président du Sénat de la RDC.
Impoli de la République, Alexis THAMBWE-MWAMBA, président du Sénat de la RDC.

Impolitesse : Thambwe MWAMBA a laissé son empreinte au Sénat de la RDC

L’affaire des travaux de réaménagement des locaux du Sénat, qui avait donné lieu à une terrible escalade verbale entre la Sénatrice Bijoux Goya Kitenge et le président de cette institution, Alexis Thambwe Mwamba, est close. Bizarre ! Appelés à se prononcer jeudi 07 mai 2020 sur la requête de leur collègue exigeant la mise sur pied d’une commission d’enquête, les sénateurs [corrompus par Hippolyte KANAMBE alias « Joseph KABILA », l’imposteur tutsi rwandais qui contrôle presque tout en RDC] ont voté contre. 

Thambwe doit démissionner

La synergie des structures féminines de lutte contre toutes sortes des violences et maltraitances faites à la femme réclament la déchéance à la tête du perchoir du Président du Sénat. Aussi, elle sollicite que les sénateurs fassent une motion pour le faire partir au cas où il s’entêterait à ne pas démissionner. Puis, elle invite le Procureur général à se saisir d’office de cette affaire et d’ouvrir une enquête sur ce prétendu dossier de réhabilitation de la chambre haute du Parlement.

Ces femmes se sont exprimées hier mardi 05 mai dans une déclaration faite à Kinshasa, après avoir déposé un mémorandum au bureau du Sénat. Cependant, elles exigent le respect de la femme à tout le niveau. Elles sont convaincues que la femme congolaise mérite le respect.

Bijoux Goya humiliée

L’éclairage sur la passation des marchés des travaux de la transformation de l’hémicycle du Sénat à la plénière de ce jeudi 30 avril a débouché sur des révélations « troublantes » du président du Sénat, Thambwe Mwamba. Ce dernier a été mis en cause, dans cette affaire, par la sénatrice Bijou Goya.

Et pour une simple affaire de redevabilité, État de droit oblige, l’élue des élus du Haut-Katanga, Bijou Goya Kitenge, a essuyé des diatribes du président de sa Chambre, les livrant à la vindicte populaire. Caméras et autres matériels d’enregistrement du service de la communication du président du Sénat en place, très vite, des extraits sonores tout comme des vidéos, ont été balancés dans les réseaux sociaux.

Du haut de la tribune avec l’avantage du micro, Alexis Thambwe Mwamba s’est attardé sur les contours de la candidature de Bijou Goya lors des élections du bureau définitif du Sénat. « Au moment de l’ouverture de la précampagne pour l’élection du bureau, vous êtes venue chez moi et à mon cabinet à plusieurs reprises pour demander le soutien à votre candidature comme questeur du Sénat. Je vous ai signalé que la décision n’était pas à mon niveau; mais, au niveau des autorités du FCC… J’ai présenté votre candidature au FCC, comme je l’ai fait pour beaucoup d’autres candidatures. Les autorités du FCC l’on rejetée, considérant que vous n’avez pas la compétence nécessaire et la moralité qu’il faut pour cette fonction », a révélé Thambwe Mwamba.

Et sans arrêter, le président du Sénat a indiqué combien de fois il avait rejeté les invitations de la sénatrice Goya. « Toujours pendant cette période de campagne, vous m’aviez invité à plusieurs reprises chez vous pour boire du champagne, j’ai toujours refusé poliment et systématiquement », a-t-il ajouté.

Face aux sénateurs stupéfaits, Alexis Thambwe Mwamba a asséné la sénatrice Bijou Goya : « Vous vouliez mon appui pour devenir questeur du Sénat. Vous m’aviez dit que nous allions faire du fric si vous êtes questeur du Sénat. Je vous ai répondu que je suis venu au Sénat pour y laisser mon empreinte et pas pour faire du fric et que j’en avais pour vivre décemment et survivre ma famille ».

Micro coupé alors qu’elle tenait à réagir à chaud, Bijou Goya ne s’est pas avouée vaincue. Depuis son siège, la sénatrice ne pouvait se retenir pour révéler à son tour les conditions « indécentes » à elle posées par Thambwe Mwamba pour le soutien de sa candidature. « Ce que j’ai refusé… », a-t-elle crié, en accusant le président du Sénat d’écart de langage avant qu’Alexis Thambwe lui réplique : « c’est vous qui avez débordé ». Situation confuse et finalement la plénière s’est terminée en queue de poisson.

Pression de Joseph Kabila sur la Sénatrice humiliée

On laisse entendre que même la concernée a voté contre sa propre initiative. Ainsi donc, le dossier du coût de 4,5 millions de dollars américains sortis des caisses de la chambre haute du Parlement pour le financement, jugé exorbitant par la sénatrice Goya est clos, alors que des indiscrétions faisaient déjà état de deux devis supplémentaires qui auraient porté la facture globale à 11 millions de dollars américains.

La plénière du jeudi au Sénat a ressemblé à une pièce de théâtre, au cours de laquelle Alexis Thambwe Mwamba, qui paraissait avoir adopté la ligne dure face à la Sénatrice Goya, lui a présenté des excuses pour les propos peu courtois tenus à son endroit le jeudi 30 avril dernier. De son côté, celle-ci s’est pliée au même rituel, avec comme apothéose la réconciliation publique entre les deux protagonistes.

On croit savoir que la plainte articulée par Goya contre Thambwe Mwamba va prendre le chemin d’une des poubelles du Parquet général près la Cour de Cassation, d’autant plus que son avocate était déjà « invitée », la veille, à une séance préparatoire de rapprochement entre les deux parties.

A lire aussi

« Panafrika, la bête noire » : Un film pour promouvoir l’histoire africaine

Le film « Panafrika, la bête noire » du réalisateur congolais Sergens Kabinga Bashonga a …

Laisser un commentaire