Évêque Pascal MUKUNA, emprisonné en RDC pour viol.
Évêque Pascal MUKUNA, emprisonné en RDC pour viol.

Viols : Évêque MUKUNA emprisonné à Kinshasa

Ça y est. L’évêque Pascal Mukuna, responsable de l’Eglise Assemblée Chrétienne de Kinshasa (ACK), passe sa première nuit de détention au cachot du parquet général de Kinshasa/Gombe. C’est seulement ce jeudi 14 mai à 7h28’ que Pascal Mukuna est arrivé à la Prison centrale de Makala (PCM). Il était convoqué et entendu au parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe à la suite de la plainte déposée par Mme Mimie Tshibola pour viol et séquestration. La nouvelle a été confirmée par Me Georges Kapiamba, président de l’Association africaine des droits de l’Homme (Asadho) et vice-président du mouvement « Eveil patriotique ». Selon des indiscrétions, de fortes pressions ont été exercées sur les juges du parquet par certaines chancelleries occidentales en faveur de l’évêque Pascal Mukuna. Selon Mimie, Mukuna a profité de sa position « d’évêque » pour garder le certificat d’enregistrement de sa parcelle. Elle allègue également que l’homme de Dieu lui aurait contraint à avoir des relations sexuelles avec elle avant d’entrer en possession dudit document. Après avoir rejeté plusieurs fois la proposition de Mukuna, elle aurait finalement accepté – voir la vidéo en cliquant ici.

Mauvais tournant d’une idylle sans consentement. Le très célèbre pasteur de l’église de réveil Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK), Pascal Mukuna, a passé sa première nuit hier mercredi 13 mai, au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK). Il est accusé de viol avec menaces de mort, sur Mme Mamie Tshibola, veuve d’un de ses proches collaborateurs de l’église. Cette information, relayée par plusieurs médias locaux, dont la radio privée Top Congo FM, a été confirmée en début de soirée par des sources qualifiées.

A en croire les éléments d’info parvenus à la rédaction de « Forum des As », la plainte à charge du responsable numéro 1 de l’ACK a été déposée par la victime au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe qui, pendant près de sept heures, a auditionné et confronté les deux parties hier.

Placé sous mandat d’arrêt provisoire par l’instance judiciaire nommée ci-dessus, le président du Football club Renaissance a comparu hier mercredi dans une affaire de sextape, sur plainte de Mme Tshibola Mamie. Cette dernière l’accuse notamment de viol, d’atteinte aux mœurs, et rétention illicite ou expresse des documents parcellaires appartenant à son défunt mari. A ces griefs, Mme Mamie Tshibola ajoute des menaces de mort dont elle serait victime de la part de Pascal Mukuna.

Selon le média en ligne Actualité.CD qui cite, sans le nommer, un des avocats de Mamie Tshibola, la rétention des documents et les menaces de mort sont des infractions complémentaires à charge du prince de l’ACK, l’une des églises de réveil ayant plusieurs cellules installées aussi bien à Kinshasa que dans plusieurs autres principales agglos du pays en provinces.

Au sujet de la détention du certificat d’enregistrement, des sources proches du dossier renseignent que Mme Mamie Tshibola a déclaré, lors de la confrontation hier au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, que Pascal Mukuna a profité de sa position d' »évêque », pour garder ce document. Ce, malgré ses incessantes réclamations demeurées sans suite.

Par ailleurs, l’auteur de la plainte contre Pascal Mukuna affirme, devant les juges de l’instance judiciaire qui les a verbalisés hier, mercredi, que son bourreau lui aurait contraint à avoir des relations sexuelles avec elle, comme seule condition de restitution dudit certificat parcellaire. Après avoir plusieurs fois rejeté les sollicitations intimes de Pascal Mukuna, Mamie Tshibola confesse qu’elle a fini par céder.

TEMOIGNAGE ACCABLANT

L’arrestation de Pascal Mukuna hier, fait suite à des vidéos qui ont circulé début mai et sur lesquelles le chef de l’église ACK apparait tout nu, en plein acte sexuel dans une jeep parquée derrière une maison en construction au quartier Météo de la commune de Ngaliema. A ce jour, des internautes à Kinshasa renseignent que toutes ces vidéos osées sur Pascal Mukuna ne sont plus lisibles, parce qu’infectées par un virus.

Dans un audio diffusé sur les réseaux sociaux, après les vidéos évoquées ci-dessus et qui a été très largement partagées par les internautes congolais d’ici et d’ailleurs, Mme Mamie Tshibola n’a fait mystère d’aucun épisode de ses multiples rencontres intimes avec Pascal Mukuna. Elle avoue avoir eu plusieurs fois des rapports sexuels avec ce dernier dans son bureau!

A l’en croire, l’étape de Binza Météo est l’ultime épisode d’une aventure « amoureuse » sans consentement naguère cachée, mais ébruitée à la suite d’une volte-face de l’homme de l’ACK qui, selon la dame, n’aurait pas respecté ses promesses. Notamment, celle de restituer le certificat parcellaire et de trouver un abri pour la veuve et ses enfants.

Dans ce Voice, Mamie Tshibola accuse Pascal Mukuna d’avoir d’abord abusé des filles de son défunt mari, que l’homme de l’église aurait transformées en ses « esclaves sexuelles », avant de se rabattre sur elle. La dame reconnait avoir été dans une position de faiblesse, parce que vivant dans une situation de dénuement total après le décès de son époux. Ceci explique cela.

QUAND LE REVEIL PATRIOTIQUE TOURNE AU RIDICULE

L’affaire que plus d’un Kinois qualifie de « scandale Mukuna », survient dans un contexte politique particulier où ce dernier, à la tête d’un mouvement estampillé « Eveil patriotique », s’illustre dans une campagne acharnée de victimisation du clan politique du Président honoraire Joseph Kabila. « Invité -star » de plusieurs émissions de débat télévisé, notamment « Bosolo Na Politik Officiel », le pasteur de l’ACK n’a jamais eu de propos tendres vis-à-vis de l’ancien régime qu’il accuse d’être à la base de tous les malheurs qui s’abattraient présentement sur la RD Congo.

Au lendemain de la sortie des vidéos sur ses ébats sexuels, Pascal Mukuna, n’avait pas cherché de mots pour rendre le Front commun pour le Congo (FCC), responsable de ces images, soutenant la thèse d’un montage pour nuire à sa dignité.

Selon lui, Mme Mamie Tshibola aurait été au service de cette famille politique de Joseph Kabila, pour le contraindre au silence dans sa prétendue caravane d' »Eveil patriotique ».

Thèse que la concernée balaye d’un revers de la main.

Dans son audio évoqué ci-dessus, Mme Mamie Tshibola rejette tout en bloc et dit n’entretenir de loin ni de près, le moindre contact avec aucun dignitaire du régime ayant précédé celui de Félix Tshisekedi. Et dire que dans un autre audio qu’elle a enregistré après le passage de Pascal Mukuna au magazine « Bosolo na Politik officiel », diffusé sur la télévision
Congo Web TV, Mamie Tshibola avait promis une réplique massue à son pourfendeur, avant de solliciter une confrontation directe avec ce dernier à la télévision.

Imperturbable dans son récit, la dame déclarait détenir d’autres preuves audiovisuelles de ses rencontres intimes avec Pascal Mukuna. Des moyens qu’elle entendait brandir opportunément.

Maintenant que l’affaire est portée en justice, des analystes restent sur leur soif d’en connaître l’issu. Toujours est-il que c’est la première fois qu’un responsable d’une église à Kinshasa soit publiquement traduit en justice et aussitôt envoyé à l’ex-Prison centrale de Makala pour une infraction qualifiée de viol. « Oter la soutane à un prêtre, on découvre l’humanité de tous les jours ».

VICTIME DE SON ENGAGEMENT PATRIOTIQUE ?

La nouvelle de son arrestation a été confirméeen début de soirée par Me Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine des droits de l’Homme (Asadho) et vice-président du mouvement « Eveil patriotique ».

Pour Me Katende, l’évêque Mukuna est victime de son engagement patriotique. Il y a des forces politiques contraires à ce que prêche l’évêque Pascal Mukuna qui cherchent à porter un coup d’arrêt au mouvement citoyen Eveil patriotique. L’infraction de viol est un montage pour maquiller leur acharnement contre l’évêque Pascal Mukuna.

« L’Eveil patriotique est un grand mouvement de masse qui éveille la conscience des Congolais par rapport à la situation du pays. Nous savons que les forces politiques contraires à ce que l’Eveil patriotique veut ne vont pas dormir sur leurs lauriers. Nous savions que pareille chose allait arriver, mais nous n’allons pas croiser les bras. L’Eveil patriotique va continuer, que l’évêque Mukuna soit en prison ou pas », a-t-il réagi à cette arrestation.

Est-ce à dire que l’arrestation de Pascal Mukuna fait suite à son engagement patriotique ?

Pour Me Jean-Claude Katende, cela ne fait l’ombre d’aucun doute. Il est d’avis que c’est une arrestation qui est totalement liée à son engagement patriotique, lequel va se poursuivre jusqu’à ce que ceux ne veulent pas que le Congo aille de l’avant lâchent prise. Et ce jour-là va arriver, foi de Me Katende.

Dans le fait, Me Katende reconnait quand même que l’évêque est écroué à la suite d’une plainte d’une femme qui se dit avoir été violée par l’évêque Pascal Mukuna. Mais nous savons que c’est un montage derrière lequel beaucoup de partis politiques qui ne veulent que le Congo change s’affairent.

Après l’arrestation de son leader, le vice-président de l’Eveil patriotique annonce une concertation en interne avec les avocats-conseil de l’évêque pour introduire une demande de mise en liberté provisoire et en même continuer la mobilisation. Malgré les accusations de viol portées par Mme Mamie Tshibola, Me Jean-Claude Katende a foi en la justice congolaise et pense que l’évêque obtiendra la liberté provisoire.

LE CNS RÉITÈRE SON SOUTIEN À PASCAL MUKUNA

Le Comité national des Supporters (CNS), structure du Football Club Renaissance du Congo, réitère son soutien immuable à Pascal Mukuna, président du club, actuellement poursuivi par la Justice. Par ailleurs, cette structure invite tous les fans à ne pas céder aux provocations de tous bords. L’exhortation a été faite à l’occasion de l’adresse du Comité sportif du club le vendredi 15 mai courant, dans laquelle il prenait acte de la décision de la Fédération congolaise de football association (Fecofa) sur la suspension définitive de la saison sportive 2019-2020 suite à la pandémie de Covid-19.

«Il faut du soutien, encore du soutien et toujours du soutien», répète le CNS aux organes du FC Renaissance à Kinshasa. Pour le comité sportif, cette formation sportive doit la fière chandelle à Pascal Mukuna, pour des efforts déployés et des sacrifices consentis pour le maintien de l’équipe en Ligue I. Ce, après une saison compliquée parsemée la suspension du club au début de la 25ème édition de la Ligue nationale de football (Linafoot), occasionnant ainsi le départ massif des joueurs, du coach Papy Kimoto et la perte de 9 points sur tapis vert.

«Nous tenons d’abord à remercier sincèrement notre président sportif Pascal Mukuna pour tous les efforts fournis et des sacrifices consentis pour le maintien de l’équipe à la Ligue I. Nous avons connu une saison difficile sur tout le plan. Entre autres, la suspension du club juste au début du Championnat occasionnant le départ massif des joueurs, du coach et de la perte de 9 points par forfait au classement. Car notre ambition était de jouer l’Afrique», a martelé le président Willy Kindembe.

Cette structure en appelle à l’apaisement des supporters malgré le mandat d’arrêt provisoire émis au numéro un des «Jamais sans vous» et qui est en détention au parquet puis à la prison de Makala depuis le jeudi 14 mai.

« Le CNS du FC Renaissance réitère son soutien indéfectible au président sportif Pascal Mukuna et espère de le retrouver libre très bientôt. A cet effet il exhorte les supporters de rester calme et de ne pas céder aux provocations de tout bord. Le moment venu, nous vous tiendrons informer de la reprise des entraînements et de nouvelles dispositions sur le fonctionnement du club au vu de la situation du président », a-t-il poursuivi.

Le CNS a salué quelques avancées émanant de la Commission de la Gestion de la Linafoot quant à l’organisation de son Championnat mais il invite ses dirigeants de tenir compte dans l’élaboration du calendrier des horaires.

Question d’éviter d’entonner sempiternellement le refrain intitulé reprogrammations de matches. Dans le lot de requêtes, la question des difficultés financières des équipes et celle de l’arbitrage.

DES REMERCIEMENTS ICI, DES FÉLICITATIONS LÀ, LE RESPECT DES GESTES-BARRIÈRE POUR TOUS

Ce Comité des supporters a également saisi la balle au bond pour remercier le ministre des Sports et Loisirs Amos Mbayo, le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa Godé Mpoyi et l’Association des dirigeants du football du Congo (ADFCO) pour leur implication lors de leur suspension à la Division I.

Aussi le strict respect des gestes-barrière édictés par les autorités sanitaires dans le chef des fans face à cette maladie qui a touché au moins 1370 Congolais et causé la mort d’au moins 61 compatriotes.

A la base le nul de 1-1 contre les Rouge et Or de Sanga Balende au stade des Martyrs de la Pentecôte. Un choc émaillé des incidents voire le décès d’un supporter orange dans son lit dans un établissement médical.

Des félicitations à tous les quatre représentants de la RDC aux Compétitions interclubs de la Caf à savoir Mazembe sacré champion, V.Club (2ème) en Ligue des Champions, Maniema Union (3ème) et DCMP (4ème) en Coupe de la Confédération.

Le FC Renaissance a terminé 6ème au classement avec 37 points après 24 matches joués. La dernière journée du Championnat national d’élite s’est jouée le dimanche 15 mars avec au passage le derby contaminé au coronavirus. Il a opposé le team vert, blanc et orange au vert et noir de la capitale.2-0, tel était le score comme au match aller pour les Bana Vea avec un but de Fiston Kalala Mayele.

(avec ForumDesAs)

A lire aussi

Covid-19 : Une forte expansion au Brésil

L’Amérique latine est devenue le principal terrain de progression de la maladie, et le Brésil …

Laisser un commentaire