Modeste Bahati Lukwebo, president de parti politique AFDC-A en RDC.
Modeste Bahati Lukwebo, president de parti politique AFDC-A en RDC.

FCC de « Kabila » : Usurpation du label AFDC-A de Bahati

« C’est avec stupéfaction et désagréable surprise que le regroupement politique AFDC-A, son président national et autorité morale, le sénateur professeur Bahati Lukwebo, ont suivi dans les médias les déclarations honteuses des femmes dites du FCC à Kinshasa et à Lubumbashi mais pour la plupart d’illustres inconnues dans lesquelles elles s’attaquent à la sénatrice Bijou Goya Kitenge, qui n’a fait qu’exercer ses prérogatives parlementaires mais qui, contre toute attente, a été insultée et humiliée en public et du haut du perchoir du Sénat par son président, Alexis Thambwe Mwamba. L’AFDC-A dénonce cette tricherie de l’honorable Solange Masumbuko Nyenyenzi et de Mme Ghislaine Pandakufua Mutonkole qui n’ont reçu aucun mandat pour engager les femmes de l’AFDC-A dans une trahison de la cause de la femme congolaise, surtout lorsqu’elle vise la bonne gouvernance politique et institutionnelle dans notre pays. »

Il y a eu « des usurpatrices » du label AFDC-A du sénateur Bahati Lukwebo parmi les femmes étiquetées « Front commun pour le Congo » (FCC) qui ont apporté leur soutien au président du Sénat à la suite du tollé suscité par ses propos jugés « irrévérencieux » envers la sénatrice Bijou Goya Kitenge. La dénonciation est faite par M. Philippe Undji Wicibangyela, secrétaire national et communicateur de l’AFDC-A fidèle au professeur Bahati Lukwebo.

« C’est avec stupéfaction et désagréable surprise que le regroupement politique AFDC-A, son président national et autorité morale, le sénateur professeur Bahati Lukwebo, ont suivi dans les médias les déclarations honteuses des femmes dites du FCC à Kinshasa et à Lubumbashi mais pour la plupart d’illustres inconnues dans lesquelles elles s’attaquent à la sénatrice Bijou Goya Kitenge, qui n’a fait qu’exercer ses prérogatives parlementaires mais qui, contre toute attente, a été insultée et humiliée en public et du haut du perchoir du Sénat par son président, Alexis Thambwe Mwamba.

L’AFDC-A dénonce cette tricherie de l’honorable Solange Masumbuko Nyenyenzi et de Mme Ghislaine Pandakufua Mutonkole qui n’ont reçu aucun mandat pour engager les femmes de l’AFDC-A dans une trahison de la cause de la femme congolaise, surtout lorsqu’elle vise la bonne gouvernance politique et institutionnelle dans notre pays. C’est ici l’occasion de mettre en garde les usurpateurs du regroupement politique AFDC-A et d’inviter, une fois de plus, la justice congolaise à traquer tous ceux qui, sans titre ni droit, continuent à engager et à jouir des fruits de dur labeur auxquels ils n’ont pas droit », note-t-on dans la déclaration signée mercredi 6 mai par M. Philippe Undji.

Dans la foulée, l’AFDC-A demande vivement que soient levées les pesanteurs qui empêchent la justice congolaise de faire droit au regroupement politique AFDC-A, régulièrement reconnu et enregistré au ministère de l’Intérieur et Sécurité.

Pour rappel, dimanche 3 mai, les femmes se reconnaissant du FCC, plateforme chère à Joseph Kabila, ont déclaré, liste à l’appui, soutenir sans condition le président du Sénat contre la sénatrice Bijou Goya, auteur d’une initiative de contrôle parlementaire visant à obtenir l’éclairage sur les travaux « coûteux » réalisés à l’hémicycle du Sénat. Mais très vite, l’une de ces femmes, en l’occurrence Marie-Ange Mushobekwa, ministre honoraire des Droits humains, a dénoncé la supercherie dans la démarche de ses collègues. L’inscription de son nom repris à la quinzième place sur cette liste a été faite sans son consentement.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

« Panafrika, la bête noire » : Un film pour promouvoir l’histoire africaine

Le film « Panafrika, la bête noire » du réalisateur congolais Sergens Kabinga Bashonga a …

Laisser un commentaire