Fatshi - President de la RDC - au Palais du peuple de Kinshasa.
Fatshi - President de la RDC - au Palais du peuple de Kinshasa.

RDC : Fatshi doit être destitué pour haute trahison

Suite à la véracité intrépide des témoignages d’experts des Nations unies, des ONG comme Human Rights watch et des civils congolais interrogés par Rfi, le président congolais ne veut pas dire la vérité sur l’état des opérations dans l’est de la Rdc menées par des détachements militaires rwandais qui capturent et rapatrient des réfugiés rwandais contrairement aux lois régissant la Convention de Génève. D’ailleurs le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a déjà protesté contre ce rapatriement forcé. Il y a de nombreuses zones d’ombre qui entourent les accords établis entre Fatshi et les rwandais et malgré cela le président congolais se retrouve dos au mur. Il n’a plus d’autre choix que de se justifier devant le Congrès à défaut d’être poursuivi de haute trahison. Voilà plus d’un an que l’armée rwandaise mène des opérations aux cotés des FARDC dans les hauts plateaux de Minembwe aux plaines de Rutshuru .Faudrait il se résoudre à regarder la Rdc laisser le champs libre aux groupes militaires rwandais rester comme forces d’occupation in fine? Au regard de la constitution de la Rdc , quel est le vrai danger que court le pays ? Il est impératif en dehors des accords dont on ne saura jamais évaluer leur bien-fondé de souligner que la république des traîtres est le vrai danger et la loi doit avoir autorité sur Fatshi.

Conformément à la constitution de la Rdc en son article 69: « Le président de la République est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté nationale et du respect des traités et accords internationaux » , le chef de l’Etat doit garantir l’indépendance de l’Etat dans sa prise des décisions sans qu’en aucun cas, il ne sort comme un pantin dont les ficelles seraient manipulées par d’autres nations. Même si un Etat est redevable pour une opération du « nettoyage « des groupes para-militaires qui écument l’est , il doit maintenir sa souveraineté et rester maître de ses décisions.En outre l’intégrité nationale qui demeure l’une des caractéristiques d’un Etat souverain lui confère le prétexte suffisant à assurer la défense de ses frontières. A la source de la violation de la souveraineté nationale et de l’intégrité nationale, il y a un traître qui est le président de la république congolaise. L’heure a sonné pour tous ces collabos, ces renégats qui n’ont plus de place en Rdc d’entamer des poursuites judiciaires contre eux, voilà le défi.

Nous demandons la destitution de Fatshi pour avoir violé la constitution et contredit gravement la démocratie par ses lois organisant la vie politique du pays. L’article 69 ne souffre d’aucune ambiguïté : l’intégrité nationale est menacée quand des Forces militaires rwandaises aliènent le travail de sécurisation que peuvent accomplir les Fardc, voire même les inféodant pour les mettre sous la botte. Le champ de la haute trahison semble couvrir la collusion avec une armée étrangère qui troque leur tenue contre celle des FARDC suivant la véracité des témoignages recoupés par Rfi: « les détachements de l’armée rwandaise portent les uniformes des FARDC jusqu’aux insignes mais les seuls éléments qui les distinguent sont les armes, les ponchos et les équipements  » Beaucoup d’autres indices illustrent cette présence: » Des civils congolais se sont aperçus de la présence des militaires rwandais lors de leur conversation, les habitants de Kitindiro sont persuadés de la présence des rwandais déployés dans la zone » et selon Rfi ces témoignages sont partout dans le nord et sud Kivu.

La haute trahison amène à des solutions hors normes et en fonction de la gravité ressentie. La levée des forces congolaises selon les rapports et les informations recoupées laissant le champs libre aux forces étrangères notamment rwandaises pour capturer les réfugiés, les combattants du CNRD porte atteinte à la constitution,aux institutions onusiennes notamment le HCR . Fatshi sacrifie sur l’autel d’une certaine idéologie politique demeurant un fonds de commerce des réfugiés rwandais. De tout ce qui précède, l’heure a sonné pour traduire Fatshi en justice et tous les autres collabo. Nous demandons que tous les congolais se réveillent pour introduire auprès de la Cour constitutionnelle la requête de destitution du chef de l’Etat puisque le président a manqué à ses devoirs de garantir l’intégrité, l’indépendance et la souveraineté nationales, ce qui en soi est suffisamment grave pour que la Cour constitutionnelle examine la procédure de destitution conformément à la constitution en ses articles 69 et 165.

Pas de pitié pour les traîtres , les collabos. Comme Fatshi est un arriviste dont le Curriculum Studiorum illustre bien la médiocrité comme son prédécesseur, ils ne peuvent entreprendre des innovations vitales au renforcement des capacités de défense des FARDC. La Rdc a tous les moyens de se doter d’une armée très puissante en Afrique comme le furent les Forces armées congolaises de l’époque du feu Mobutu qui avait son slogan » Na tiaka mayele na ngai na ba bérets rouges, na ba fantassins, na lobaka oyo ekoya eya », c’est-à-dire je mets toute ma confiance dans mes militaires portant les bérets rouges, aux fantassins, je dis que je suis prêt. A cette époque, quel est le pays qui pouvait rivaliser avec l’armée de Mobutu? Si beaucoup de nations ont compris de l’importance majeure d’ assurer la sécurité de leurs frontières respectives face aux incursions des forces négatives ou rébellions, c’est parce que ses présidents ont mis en évidence la paix et le développement durable. D’où la politique du renforcement des capacités militaires . C’est aussi parce que la devise romaine:  » si vis pacem para bellum » les a servis de modus operandi. Dans le contexte géo-politique actuel, la problématique d’une armée forte en Rdc est posée. On voit très mal si on veut s’inscrire à long terme pour une paix durable à l’est de la Rdc, il faut se méfier des accords abracadabrants qui apparaissent comme de petits arrangements entre mafieux et dont on ne sait ni les tenants ni les aboutissements.

Aussi longtemps que la Rdc sera dirigée par des traîtres et des arrivistes, et que dans l’armée des ramassis de généraux continueront d’exercer de hautes fonctions qui ne correspondent pas à leur Curriculum studiorum, la Rdc restera toujours un géant aux pieds d’argile. Nous demandons à tous les congolais épris du patriotisme de se lever pour qu’une requête soit déposée auprès de la Cour constitutionnelle suivant la procédure ad hoc en vue de la destitution du président congolais conformément aux articles 69 et 165. Ceux qui trouvent des justifications au recours des forces armées rwandaises sans accord du parlement congolais pour capturer des réfugiés rwandais ou se complaisent à laisser le champs libre à des rébellions burundaises installant leur base arrière en Rdc sont des traîtres , des collabos. Le glas a sonné de ces archaïsmes nuisant à la démocratie et au développement durable de la rdc.

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

Covid-19 : Une forte expansion au Brésil

L’Amérique latine est devenue le principal terrain de progression de la maladie, et le Brésil …

Laisser un commentaire