RDC : Le gouvernement Tshibala a détourné 650 millions USD

Le ministre des Finances a sollicité l’indulgence des élus. Le député national Christian Mwando révèle qu’une bagatelle somme de 650 millions de dollars américains, a été détournée par l’ancien gouvernement. Il l’a déclaré au cours de la plénière de l’Assemblée nationale du samedi 16 novembre, consacrée à l’examen et analyse du projet de loi de reddition des comptes pour l’exercice 2018. Aussi, l’élu de Lubumbashi a-t-il plaidé pour la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire afin que les auteurs présumés de ce détournement soient entendus. « Il y a 1.406 projets qui ont été votés. Sur ces projets qui valent 1.600.000.000 USD, peu de projets ont été exécutés à une valeur de 1.672.000 USD, soit 1%. 1.173 ont eu zéro exécution. 44 projets ont été exécutés sans crédit à hauteur de 467.000.000 USD. Il s’agit donc d’un détournement des crédits. 75 projets ont été budgétisés et ont payé 4 fois le prix. Il s’agit donc d’un vol qualifié parce que les projets n’ont pas été prévus à cette hauteur. Madame la présidente, je ne vais pas m’étendre plus loin. Voila déjà 500.000.000 USD qu’on doit nous justifier. Je vais aller à un autre élément simple. Il s’agit de fournitures et petits matériels de bureaux, prévisions: 89.000.000 USD, liquidation: 131.000.000 USD et payement: 247.000.000 USD. Vous avez déjà là, près de 650.000.000 USD détournés. Il s’agit donc ici, de ne pas accepter de donner le quitus à un gouvernement qui nous doit plus de 650.000.000 USD », a expliqué Christian Mwando.

Immédiatement après l’exposé du ministre des Finances, Sele Yalaghuli, les députés ont à l’unanimité, dénoncé des abus constatés dans la gestion des finances publiques par l’ancien gouvernement.

Pour sa part, Henri Thomas Lokondo a insisté sur les sanctions pour réprimer les fautes de gestion constatées dans le projet de loi sur la reddition des comptes exercice 2018.

L’élu de Mbandaka a fait remarquer que les recommandations formulées par l’Assemblée nationale depuis la première législature de la troisième République, sont devenues une sorte de routine pour ne pas dire un simple rituel.

Lui, le député Kiro est revenu sur le dépassement budgétaire dans les institutions. « Le rapport accablant de la Cour de comptes sur la reddition des Comptes pour l’exercice 2018 devait interpeller l’Assemblée nationale en tant qu’autorité budgétaire », a-t-il dit.

LE MINISTRE DES FINANCES SOLLICITE L’INDULGENCE DES ELUS

Le ministre des Finances a rappelé le contexte général de l’élaboration et du contenu de la loi des Finances 2018, et l’économie portant reddition des comptes de la loi des finances, environnement marqué par l’organisation des élections.

Aussi, Sele Yalaghuli a-t-il sollicité l’indulgence des députés nationaux pour le retard avec lequel, le projet sur la reddition des comptes est soumis à l’Assemblée nationale.

L’argentier congolais a justifié ce retard par des contraintes de plusieurs ordres singulièrement politiques et techniques.

« Des lors que le projet que nous soumettons à votre examen est adopté, par les deux chambres qui composent le parlement, et promulgué par le chef de l’Etat, il se muera en loi portant reddition des comptes de l’exercice », a-t-il indiqué.

Et d’ajouter : « De ce fait, seront ouvert les crédits nécessaires à la régularisation d’éventuels dépassements ».

Malgré les dénonciations, le projet de loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2018 a été déclaré recevable. Il a été aussitôt transmis à la Commission Economie et budget de la Chambre basse pour toilettage. 

(avec Eric WEMBA)

A lire aussi

« Panafrika, la bête noire » : Un film pour promouvoir l’histoire africaine

Le film « Panafrika, la bête noire » du réalisateur congolais Sergens Kabinga Bashonga a …

Laisser un commentaire